Montluçon Art Mobile

Montluçon Art Mobile 2019

Montluçon Art Mobile 2019
Exposition de groupe

Fonds d’art moderne et contemporain, Montluçon, France

Commissaire : Marie-Laure Desjardins

Du 12 avril au 2 juin
Fonds d’art moderne et contemporain
25, rue des Faucheroux
03100 Montluçon

Artistes invités : ABK, Adrien M & Claire B, Maurice Benayoun, Cédric Blanchon, Miguel Chevalier, Charles Csuri, Hervé Fischer, Olga Kisseleva, Brice Krummenacker, Lola and Yukao Meet, Rafael Lozano-Hemmer, Phil Macquet, Andy Martin, Jean-Claude Mocik, Mehmet Omur, Bérénice Serra, Scott Snibbe, Cristiana Thoux, Sander Veenhof, Silvia Velázquez, YAK, Fabien Zocco

http://artshebdomedias.com/tous-a-montlucon-le-mobile-art-sexpose/

Souvent vous lisez : « Il est interdit de toucher aux œuvres ». Souvent vous entendez : « Merci d’éteindre votre téléphone portable ». Et si, pour une fois, on vous demandait de les toucher ? Et si, pour une fois, on vous demandait de l’allumer ? Le Montluçon Art Mobile vous invite à découvrir le Mobile Art. Peintures et lithographies augmentées, œuvres applicatives, QR codes artistiques… tout un espace inédit de la création contemporaine. Le smartphone n’a que 12 ans et nous sommes des milliards à l’utiliser. Il a radicalement transformé les habitudes de nombre d’entre nous mais aussi celles de certains artistes. Tantôt ces derniers le critiquent ou l’interrogent. Tantôt ils l’utilisent pour créer des formes nouvelles et les diffuser.

Littéralement en anglais « téléphone intelligent », le smartphone est apparu sur le marché en 2007. En inventant ce téléphone mobile tactile et connecté, Apple a réuni en un seul appareil les fonctionnalités du téléphone, de la machine à écrire, de l’appareil photo, de La Poste, du boulier, du magnétophone, de la caméra, des jeux de société, de la boussole… Ainsi, est-il désormais possible de téléphoner, écouter, écrire, enregistrer, calculer, photographier, échanger, jouer, géolocaliser (soi ou un autre)… de n’importe où, ou presque. En dix ans, il est devenu l’objet connecté par excellence et le nombre de ses usages s’est multiplié.

Connexion permanente au monde, capacité de stockage, aptitude à l’interaction… ont propulsé le smartphone au rang d’outil de communication le plus apprécié de la planète tandis que les artistes l’utilisent de plus en plus pour créer. Avec lui, un nouveau stade de mobilité est franchi. L’œuvre, passée du mur au retable, puis de la toile à l’ordinateur, s’affiche désormais sur un écran rarement plus large que la paume de la main et peut se « ranger » dans la poche d’une veste. Comme n’importe quel outil, le smartphone possède limites physiques et règles relatives à son fonctionnement avec lesquelles les créateurs apprennent à jouer ou qu’ils décident de repousser. Son utilisation dans la création plastique n’est pas homogène : les artistes se servent tour à tour de ses différentes capacités, sans les utiliser toutes, ni systématiquement. Les usages artistiques de l’appareil technologique s’inventent chaque jour et il est impossible d’en définir un périmètre stable et exact. Les œuvres, toutes soumises à l’écosystème numérique et à des contraintes technologiques (dimensions de l’appareil, luminosité, capacité de mémoire, vitesse d’exécution des programmes, etc.), offrent des formes et des expériences inédites.
Venez découvrir cet art du XXIe siècle et profitez-en pour toucher des œuvres du doigt !

Marie-Laure Desjardins, commissaire de l’exposition