Tapis Magiques

Tapis Magiques 2014

Tapis Magiques 2014

Musique : Michel Redolfi

Installation de réalité virtuelle générative et interactive

Journées du Patrimoine, Ancienne église du Sacré Coeur, Casablanca, Maroc

Commanditaire : Institut français du Maroc, site de Casablanca

Eléments techniques :

1 PC, 3 vidéoprojecteurs, 2 caméras infra-rouges

Dimensions : 50 m x 12 m

Logiciel : Cyrille Henry / Antoine Villeret

Production technique : Voxels Productions

Dans le cadre des Journées du Patrimoine de Casablanca, l'Institut français présente l'installation Tapis Magiques 2014 de Miguel Chevalier dans l'ancienne église du Sacré Coeur.

Cette nouvelle œuvre monumentale se déploie sur le sol de l'ancienne et le recouvre d'un méga tapis de lumière. Cette création s’inspire de la biologie, des micro-organismes et des automates cellulaires. Des cellules se multiplient en abondance, se divisent, fusionnent, prolifèrent dans un rythme tantôt lent, tantôt rapide. Tout s'agrège, se désagrège, et se déforme à une vitesse infinie. Ces univers organiques se mêlent parfois à des univers constructivistes de pixels. Ces tableaux de méga pixels noir et blanc instables glissent progressivement vers des spirales de couleurs vives et saturées qui tourbillonnent et exécutent de véritables chorégraphies sur la musique de Michel Redolfi. Monde organique ou pixellisé, cet univers artificiel semble retrouver celui de la vie. C'est un nouveau « baroque technologique » qui donne forme à l'informe et se renouvelle perpétuellement.

Lors des déplacements des spectateurs, des perturbations dans la trajectoire de ces cellules se créent sous leurs pieds. Les courbes sinueuses qui ondulent, renouent avec les paradis artificiels des années 70. Elles créent des expériences visuelles inédites qui ne sont pas sans rappeler les univers psychédéliques.

Tapis Magiques revisite par le biais de l'art numérique, la tradition de la broderie avec le point de croix, de l’art islamique, surtout de la mosaïque, qui n'est pas sans rappeler aujourd'hui la notion du pixel. Cette installation rend hommage à l'artisanat marocain dans lequel la confection de tapis tient une place importante. Ce monde de couleurs et de formes en mouvement, tel le jeu d'un kaléidoscope géant, nous entraine dans un voyage imaginaire et poétique. Cette création nous plonge dans l'univers magique des Contes des Mille et Une Nuits et des tapis volant.

Un film de Claude Mossessian © Claude Mossessian